Alexandrie la romanesque

Publié le par Virginie Lou

Une invitation du Centre culturel français du Caire à animer un atelier dans le cadre du mois de la francophonie m'a permis de faire un saut à Alexandrie, où je médite d'organiser prochainement un stage "carnet de voyage".
Car Alexandrie est toute en traces de son passé glorieux, quand se dressait à l'entrée de son port le Pharos, septième merveille du monde, et que se pressaient à la grande bibliothèque des érudits, des poètes, des philosophes et des savants venus de tout pays.
Beaucoup de ces traces sont invisibles, elles flottent dans l'air comme un parfum. Ce n'est pas par hasard qu'Alexandrie a suscité tant de vocations romanesques.
Dans le décor pouilleux des quartiers de pêcheurs on retrouve l'atmosphère des bas-fonds où partaient au crépuscule s'encanailler les coloniaux, qui venaient chercher là chair fraîche des deux sexes. Les fantômes de l'Europe coloniale et du cosmopolitisme hantent les palais déchus et les villas ruinées. On imagine y croiser des espions de l'entre-deux guerres, de jolies filles à la cuisse et au sourire légers, ou les garçons aux regards de braise qui faisaient flamber Gide. Tout cela flotte, vibre sur les façades lépreuses et dans les rues défoncées comme si les murs rendaient les présences qui les ont occupés à la manière dont, les nuits d'été, ils rendent la chaleur du jour.
Au coin d'une rue on aperçoit soudain, incongrue et pourtant évidente, une colonne romaine, un sphinx, le souvenir des feux qui ont détruit la grande bibliothèque. Et c'est le passé colossal de l'humanité qui surgit alors comme si, à Alexandrie, le temps se déposait en alluvions toujours plus épais au lieu de passer.



Il reste encore quatre places pour l'atelier dans le désert du Grand Erg oriental. Les dates ont finalement été arrêtées au 17/ 24 avril. L'avion partira de Lyon pour Tozeur où nous attendra Ahmed. Ne vous inscrivez pas à la dernière minute. Des contraintes policières tâtillonnes obligent à transmettre au plus vite aux autorités les numéros de passeport.
N'hésitez pas à abréger l'hiver!

Publié dans stages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article